Manger sans se ruiner ? Un casse-tête pour les fêtes

Tous les ans le phénomène se répète.

Jusqu'au mois de novembre les produits dits "nobles" sont abordables et chacun peut - pour un panier de 10 euros/personne (si,si !) - se faire plaisir autour d'une table bien servie, et partager un bon repas aves ses proches.

 

Mais dès le 1er décembre, les produits flambent : foie gras, oie, charcuterie, viandes, poissons, coquillages...rien n'est épargné. Et on observe ainsi jusqu'à +150 % d'augmentation sur certaines denrées.

Pourtant, que dirait-on si la même folie des prix s'emparait des tenues de soirée, des jouets des enfants ? A la veille de fêter Noël et le Jour de l'An, comment à ces conditions, apporterait-on dans nos foyers la magie et le bonheur de partager, d'offrir, qui caractérisent cette période des fêtes de fin d'année ?

 

Et comment ne pas comprendre, avec ces tarifs exhorbitants sur nos marchés, que la grande distribution se taille la part du lion ? Nos marchés de proximité, ont pourtant l'attrait du lien social et d'animer la vie de nos quartiers. 

La fidélisation de la clientèle en est une des premières conditions.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0